Actualité

Domestiquer les animaux et les végétaux au Néolithique

Date(s)

le 17 mai 2018

Un changement majeur de l'histoire de l'homme

La prochaine conférence de l'UTL sur "Domestiquer les animaux et les végétaux au Néolithique : Un changement majeur de l'histoire de l'homme " aura lieu
jeudi 17 mai
à 18h00
Centre de vie sociale André Malraux
Saint-Cyr-sur-Loire

 

La conférence

Dans les années 1930, Vere Gordon Childe utilise le terme de « révolution néolithique » pour qualifier l’importance du changement majeur opéré à cette période. Dans le monde entier, les sociétés vont changer radicalement et durablement leur mode de subsistance et leur relation avec leur environnement, en domestiquant les végétaux puis les animaux, et en devenant sédentaires. Cette conférence sera l’occasion d’examiner l’origine, la diffusion et la transformation de différentes espèces domestiques. Nous verrons à partir des données archéologiques comment la plupart des plantes et des animaux présents en France depuis plusieurs millénaires ont été domestiqués et importés d’ailleurs, principalement du Proche-Orient.
 

Le conférencier : Marie-Pierre HORARD-HERBIN

Maître de conférences à l’université  de Tours, Marie-Pierre Horard-Herbin est protohistorienne et archéozoologue. Elle contribue à l’histoire et aux cultures de l’alimentation en s’intéressant aux pratiques d’élevage des animaux domestiques, aux techniques bouchères et à l’alimentation de l’âge du Fer à la période moderne. Membre du Laboratoire Archéologie et Territoires de l’UMR CITERES 7324, de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA) et du pôle Alimentation portée par l’université  de Tours, elle gère une ostéothèque, une collection de référence, qui regroupe actuellement environ 300 squelettes de mammifères sauvages et domestiques, de poissons, d’oiseaux et de reptiles nécessaires pour les recherches archéozoologiques.
Principales publications : codirection d’un ouvrage pluridisciplinaire en 2017 (Pour une Histoire de la viande, coll. Tables des Hommes), d’un ouvrage de référence en archéozoologie en 2006 (Animaux, environnement et sociétés, éd. Errance), direction scientifique d’une exposition en 2009 (« Pourquoi j’ai mangé mon chien », au Muséum de Tours) et de son catalogue en 2010.