Actualité

Histoire du jardin botanique de Tours

Date(s)

le 2 mai 2019

de 18h00 à 20h00
Lieu(x)

Centre de Vie sociale André Malraux

1 place André Malraux

37540 SAINT CYR SUR LOIRE

Histoire du jardin botanique de Tours

Présentée par

Marc RIDEAU

Espace patrimonial à valeur sentimentale pour les tourangeaux, le jardin botanique est créé en 1843 sur les terrains marécageux du Ruau Saint-Anne par Jean-Anthyme Margueron, ancien pharmacien militaire. Les premières années sont difficiles : la dépendance financière du jardin vis-vis de l’école de médecine et son statut juridique flou rendent sa survie incertaine ; il faudra tous les talents diplomatiques d’un ancien préfet, le vicomte de Villiers du Terrage pour le sauver en 1853.

De 1857 à 1902, avec Robert David Barnsby, le jardin n’est plus seulement un conservatoire de plantes mais acquiert de nouvelles fonctions : expérimentations en pisciculture, essais d’acclimatation d’espèces animales et végétales, fourniture de produits floraux à la ville. Cette dernière activité prendra de plus en plus d’importance et une direction double (un directeur des parcs et jardins et un directeur scientifique) est instaurée à partir de 1931.

Après réparation des dégâts de la seconde guerre mondiale, le jardin est profondément remanié dans les années 1980. Une gestion commune ville-université s’instaure. Un jardin de plantes médicinales, des espaces écologiques, une rocaille et un jardin de l’évolution sont aménagés. Une nouvelle orangerie est construite en 2008 et le jardin s’agrandit d’un nouveau terrain où sont cultivées des plantes asiatiques et nord-américaines Concrétisation de la nouvelle jeunesse d’un jardin âgé de plus de 150 ans : il reçoit l’agrément « Jardin botanique de France et des pays francophones » en 2000.

Présentation du conférencier

Marc Rideau est pharmacien et docteur ès sciences. Actuellement professeur honoraire, il a enseigné la botanique et la biologie végétale à la Faculté des sciences pharmaceutiques. Son travail de recherches a concerné essentiellement l’étude de la régulation des voies de biosynthèse des alcaloïdes indoliques des Apocynacées et il dirigeait l’équipe Biomolécules et biotechnologies végétales au moment de sa mise en retraite.

Il s’est aussi impliqué dans la création du « jardin des simples » et du « jardin phylogénétique » au jardin botanique. Au cours de son éméritat, il a cherché à restaurer et à valoriser les herbiers patrimoniaux de l’université et a organisé une exposition sur ce thème au château de Tours. Il s’intéresse actuellement à l’histoire des sciences et a coordonné le Dictionnaire des scientifiques de Touraine paru aux Presses Universitaires François-Rabelais en 2017.