Actualité

Cours spécifique. Une démocratie du goût ? Expérience esthétique et politique – 10 séances

Date(s)

le 25 janvier 2021


de 17h30 à 19h30 puis les lundis : 1, 8 et 15 février, le 8, 15, 22 et 29 mars et le 12 et 19 avril 2021
Lieu(x)
Amphi Beaumont

Proposé par Fahd NAKIB et Marine CHEVALIER

Présentation des intervenants

Fahd NAKIB est doctorant au CESR (Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance) et chargé de cours au département de philosophie de l’Université de Tours. Marine CHEVALIER est doctorante au CESR et diplômée de l’École des Beaux-Arts d’Angers.

Présentation du cours

Ce cours, organisé en deux temps, aura pour objectif de saisir l’articulation entre esthétique et politique à l’aune des valeurs démocratiques, selon deux perspectives complémentaires.

Dans les cinq premières séances du cours, après un développement des raisons politiques, esthétiques et philosophiques du rejet par Platon de la démocratie athénienne, Fahd Nakib proposera la lecture commentée de pages choisies dans l’histoire de l’esthétique philosophique. Étudiant l’évolution de l’esthétique et des goûts, et sa fonction dans le développement de la raison moderne, il explorera la frontière qui démarque l’esthétique du politique. Enfin, il interrogera, à partir des travaux de Pierre Bourdieu et de la sociologie de l’art, l’ensemble des opérations liées à la création et à la réception des œuvres d’art, lesquelles doivent permettre de les (ré)inscrire dans leur devenir historique et de les déchiffrer dans un réseau de conditionnements sociaux, afin de comprendre les enjeux politiques sous-jacents à toute expérience esthétique.

Puis, durant les cinq dernières séances de ce cours, dispensées par Marine Chevalier, il s’agira d’envisager les artistes comme des acteurs et des constructeurs de nos démocraties contemporaines. Volontairement, elle proposera d’étudier un ensemble de productions et mouvements artistiques, nés entre le début du XXe siècle et nos jours, afin d’inscrire les observations du cours dans une expérience des arts et de la démocratie qui puisse être personnelle et pratique pour l’auditeur, à la fois. Entre discours philosophiques et gestes esthétiques, Marine Chevalier montrera les résonances et correspondances d’idées entre ces deux champs, tout en faisant émerger les moyens mis en place par les artistes pour s’adresser à leurs concitoyens, pour investir les espaces publics, en somme pour nourrir, défendre ou contrer certaines formes de souveraineté du peuple.