Actualité

Sons, signes, couleurs du Moyen-Âge : introduction aux musiques médiévales

Date(s)

le 21 novembre 2019

de 18h00 à  20h00
Lieu(x)
Lycée agricole-Agrocampus
La Plaine
Fondettes

Présentée par Antoine GUERBER

Notre histoire de la musique commence dès les premiers siècles de l'ère chrétienne avec le plain-chant, bien avant que les premiers manuscrits portant des notations musicales ne soient rédigés.

C'est au cours du IXe siècle seulement que les premiers “neumes” sont consignés par écrit, d'une façon déjà spectaculairement soignée et précise.

Toutes les évolutions qui vont suivre, polyphonies à 2, 3, 4 voix, naissance de la chanson profane, etc. montrent en fait les profondes transformations de la sensibilité et de la mentalité de l'homme médiéval. Peinture, sculpture, architecture et bien sûr musique, traduisent de façon artistique cette histoire qui est la nôtre.

Nous parcourrons ensemble, en sons et en images, dix siècles de musiques magnifiques, riches et contrastées, du chant grégorien jusqu'aux majestueuses messes qui annoncent la Renaissance.
 

Antoine GUERBER

Après des études supérieures en gestion des entreprises, je me passionne pour le chant choral. Un simple stage de chant grégorien me fait découvrir tout un monde insoupçonné : des musiques qui ont plus de mille ans, leur contexte historique, des manuscrits, des notations et avant tout la beauté de la voix quand elle chante ces sources de toute notre histoire. Le petit doigt était mis dans l’engrenage et l’ensemble Diabolus in Musica est ainsi né. J’ai eu le bonheur de participer aux ensembles Gilles Binchois, Organum, Perceval, Jacques Moderne avant de me consacrer entièrement à mon ensemble en cherchant d’abord à explorer des répertoires inédits au disque et au concert depuis le Moyen Âge.

Dès le départ, c’est l’épure, la simplicité, la recherche des conditions historiques d’interprétation qui m’ont guidé. L’intérêt intellectuel et passionné pour l’époque, le goût pour l’histoire des arts et de la culture ne sont pas mes seules motivations. J’ai immédiatement remarqué que les interprétations « historiquement informées » étaient celles qui m’émouvaient, me transportaient. Toujours animé du même désir de faire revivre les belles et étonnantes musiques du Moyen Âge, je poursuis à la harpe et à la direction de l’ensemble la mise au point de programmes de concerts et de disques, qu’ils concernent des œuvres majeures et bien connues de notre patrimoine, ou des raretés que personne n’a plus entendues depuis des centaines d’années.

Deux éléments sont venus élargir mes activités depuis quelques années :

La pédagogie et la transmission de notre histoire de la musique et des interprétations actuelles de ces musiques, en collèges, lycées, universités, conservatoires, ou bien en conférences pour le grand public.

La création du festival Les Méridiennes, manifestation évolutive à la formule singulière qui, dans un esprit convivial et décloisonné, accueille beaucoup de musiques contrastées en laissant une large place aux musiques savantes du monde entier.