Partager
Actualité

Les leucémies aiguës en 2021 : progrès diagnostiques et thérapeutiques

Date(s)

le 25 mai 2021

de 18h00 à 20h00
Lieu(x)

Partenariat avec le Cancéropôle Grand Ouest
En visioconférence sur Teams

Présentée par Olivier HERAULT et Emmanuel GYAN

Olivier HERAULT
Professeur d’hématologie. Chef du Service d'Hématologie Biologique du CHU de Tours. Responsable de l'équipe de recherche CNRS ERL7001 LNOx "Niche leucémique et métabolisme oxydatif" (www.lnox-team.org). Directeur du Groupement De Recherche (GDR) CNRS 3697 Micronit "Microenvironnement des niches tumorales" (www.micronit.fr). Co-coordinateur du réseau NET "Niches et épigénétique des tumeurs" du Cancéropôle Grand-Ouest. Responsable scientifique du Centre de Ressources Biologiques de Touraine. Membre du French Innovative Leukemia Organization, de la Société Française d’Hématologie, de l’European Hematology Association, et de l’American Society of Hematology.

Emmanuel GYAN
Professeur d’hématologie. Chef du service hématologie et thérapie cellulaire du CHU de Tours. Coordonnateur médical de l’Equipe de Renforcement de l’Investigation Clinique (CHU de Tours). Porteur d’axe « Phases Précoces » au Centre d’Investigation Clinique INSERM U1415 du CHU de Tours. Membre du Groupe Francophone des Myélodysplasies et du French Innovative Leukemia Organization, de la Société Française d’Hématologie, de l’European Hematology Association, et de l’American Society of Hematology. Coordonnateur du Diplôme d’Etudes Spécialisées d’Hématologie.

Présentation de la conférence.

Le terme de leucémie aiguë convoque des représentations largement partagées de catastrophe soudaine menaçant d’anéantissement. Si le pronostic da la leucémie aiguë était très péjoratif au début du XXème siècle, les dernières décennies ont été les témoins de progrès significatifs, d’abord dans la prise en charge et la guérison des leucémies aiguës de l’enfant grâce à l’amélioration continue de la chimiothérapie, puis des adultes notamment grâce à l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques. Les leucémies aiguës sont à présent classées en lymphoblastiques ou myéloblastiques, les premières survenant plutôt aux premiers âges de la vie, et les secondes plus tardivement. Leur risque évolutif, en termes de réponse au traitement et de survie, peut à présent être déterminé de façon plus précise, sur la base d’analyses des chromosomes et du séquençage de l’ADN. Cela permet de décider du traitement le plus approprié en fonction de la situation de chaque patient. Plus récemment, trois grandes révolutions ont marqué le traitement des leucémies aiguës. Tout d’abord, la découverte de médicaments ciblant une voie métabolique spécifiquement activée par une mutation dans la cellule tumorale, ce qui permet d’obtenir des réponses thérapeutiques dans des situations autrefois compromises. Deuxièmement, le développement des anticorps monoclonaux bispécifiques et immuno-conjugués, qui complètent utilement l’arsenal thérapeutique. Enfin, la commercialisation des CAR-T cells (Chimeric Antigen Receptor T-cells) permet d’obtenir des rémissions dans des leucémies lymphoïdes réfractaires, grâce à une modification par ingénierie génétique des cellules immunitaires du patient. Il s’agit d’une technologie de rupture, dans le champ de laquelle d’intenses recherches sont en cours, et qui devrait émerger aussi comme une solution pour les patients atteints aussi d’autres cancers. Au cours de la conférence seront retracés le chemin parcouru, les enjeux du diagnostic et du traitement des leucémies aiguës, ainsi que les obstacles qui restent encore à surmonter.