Actualité

Attila, fléau de Dieu ou père des peuples ?

Date(s)

le 30 avril 2019

de 18h00 à 20h00
Lieu(x)
Amphi Beaumont
Bâtiment D
Site du Plat d’Etain

Attila, fléau de Dieu ou père des peuples ?

Présentée par

Sylvain JANNIARD

Dernier souverain d’un empire qui a fait trembler Rome et Constantinople, Attila doit ses légendes à l’ampleur de son audace et de ses réalisations politiques plus qu’aux destructions et aux cruautés qui lui sont attribuées. Dès le Ve siècle, dans l’hagiographie latine, il incarne le barbare impie, menace pour la chrétienté, que doit affronter tout évêque ou saint homme qui se respecte. Devenu ainsi une figure de la sauvagerie, il est convoqué dans l’imaginaire occidental chaque fois qu’il est besoin de caractériser un envahisseur oriental et cruel.

Ses accomplissements politiques lui valent pourtant, dans les littératures du Moyen Âge scandinave et germanique, une toute autre image, celle d’un roi, certes violent, mais protecteur, que plus tard le Kaiser Guillaume II demande même à ses soldats d’imiter… Enfin, les dynasties royales hongroises, soucieuses d’ancrer leur nation dans l’histoire d’une Europe chrétienne, construisent le mythe d’une filiation entre Hongrois et Huns, érigeant Attila en héros de leur geste fondatrice. Ce sont les trois grands avatars de celui qui ne fut rien d’autre qu’un chef militaire et politique d’exception que cette conférence se propose de présenter et d’illustrer.

Présentation du conférencier

Agrégé et docteur en histoire, ancien membre de l’Ecole française de Rome, Sylvain Janniard est Maître de Conférences en histoire romaine à l’Université de Tours et professeur associé à l’Université Laval de Québec. Ses travaux portent sur l’armée et la guerre dans l’Antiquité romaine, plus particulièrement dans l’Empire romain tardif (IIIe – VIe siècles apr. J.-C.).

Il a participé à la publication du corpus épigraphique de la ville de Salone (Croatie) et au projet éditorial international Storia d’Europa et del Mediterraneo (Salerno Editrice, Rome, 2009-2010). Il codirige pour l’Université, depuis 2014, le projet de recherche financé AnTaReC (Antiquité tardive en Région Centre, PCR INRAP) et vient de faire paraître, avec Geoffrey Greatrex, Le monde de Procope/ The World of Procopius, Paris, de Boccard, 426 p.